Officialisation du premier partenariat entre l’Association SOS Villages d’Enfants Madagascar et l’Union européenne à travers un projet d’une valeur globale d’environ 660.000 000 ariary (200.000 euros)

Le projet « Renforcement de la Société Civile naissante dans le Sud pour promouvoir et défendre les droits de l’enfant et de la femme dans les six districts du sud de Madagascar » a été officiellement lancé le 19 juillet 2016, au Tranoben’ny Tantsaha,  à Ambovombe, à travers un atelier qui a réuni les autorités locales conduites par le Préfet de Région d’Androy, M. Mosa Tatasoa, les représentants des régions et des districts touchés par le projet, les représentants des partenaires locaux de l’Association et de l’ensemble du personnel de SOS Villages d’Enfants Madagascar, dirigé par la Présidente, Me Maria Raharinarivonirina et le Directeur National, M. Yannick Le Roy.

Appuyé par l’Union européenne à hauteur de 190.000 euros, le projet consiste à promouvoir et à défendre les droits de l’enfant et de la femme dans six districts du sud de Madagascar, à savoir : Ambovombe, Tsihombe, Beloha, Ampanihy, Betioky et Bekily et est mis en œuvre par l’Association SOS Villages d’Enfants Madagascar pour une période de deux ans (2016-2018).

Le projet « Renforcement de la Société Civile naissante dans le Sud pour promouvoir et défendre les droits de l’enfant et de la femme dans les six districts du sud de Madagascar » contribuera à l’amélioration des conditions de vie des enfants et des femmes ainsi qu’à un développement humain et socio-économique de type communautaire. Il prévoit la mise en œuvre de cinq grands axes d’activités :

  • Une légalisation et opérationnalisation de six (6) associations composées d’environ 1.000 femmes
  • Un enregistrement de naissance de 21.000 personnes (adultes et enfants)
  • Une amélioration de l’application des droits de la femme et de l’enfant par une augmentation d’environ 50% de la fréquentation des services sociaux de base (éducation, santé, service de protection et d’assistance sociale) par les familles (femmes, enfants)
  • Une prise de responsabilité des autorités administratives et une prise de conscience des leaders traditionnels dans la mise en conformité des lois coutumières avec les droits positifs de la femme et de l’enfant par la promulgation d’au moins trois règlements communautaires
  • Une amélioration de la situation d’indépendance et d’émancipation des femmes par la mise en place d’associations ayant une capacité d’autonomie sociale et financière dans leur gestion des maisons des femmes.

 Par ailleurs, les groupes cibles du projet sont composés de membres des associations des femmes, des autorités administratives et traditionnelles locales concernées et des habitants de ces six districts estimés à environ 45.000 personnes.

La situation de vulnérabilité des enfants et des femmes dans les régions du sud de Madagascar a toujours été préoccupante, constituant une toile de fond de l’extrême vulnérabilité alimentaire de ses populations. Sollicités par les autorités locales, et les responsables communautaires, SOS Villages d’Enfants a décidé de mobiliser ses moyens logistiques (véhicules, bureaux, salles) et ses ressources humaines (sages-femmes, agents de terrain, éducateurs, coordonnateurs, personnel administratif et financier soit au total 33 ETP) afin de mettre en œuvre un programme d’action ciblant prioritairement les enfants et les femmes afin de contribuer à la protection de leurs droits fondamentaux. Le soutien financier de l’Union européenne est cependant indispensable pour que cette intervention soit menée.

SOS Villages d’Enfants Madagascar, association malgache reconnue d’utilité publique est active depuis 27  ans à Madagascar, son action couvre de nombreuses localités du territoire, au bénéfice de 64 000 enfants.

L’association est présente dans le Sud de l’île depuis 2011 en mettant en place des activités d’urgence en réponse au passage du cyclone Bengiza dans le sud de Madagascar (février 2011). Depuis, l’action de SOS Villages d’Enfants s’est concentrée sur les zones les plus touchées: les districts de Betioky, Bekily, Ampanihy, Beloha, Tsihombe et Ambovombe. L’action consiste à la mise en œuvre de programmes de développement actuellement en cours (éducation, santé, économie, genre) articulés autour de six centres d’appui communautaires.

C’est par cette présence continue, la qualité de ses relations avec la population, les autorités locales, et les représentants traditionnels que SOS VE Madagascar est en capacité de mesurer précisément la gravité de la situation d’extrême vulnérabilité des femmes et des enfants  et de proposer les actions appropriées.

L’Union européenne est constituée de 28 états membres qui ont décidé de mettre en commun leur savoir-faire, leurs ressources et leur destin. Ensemble, ils ont construit une zone de stabilité, de démocratie et de développement durable tout en préservant leur diversité culturelle, la tolérance et les libertés individuelles.

L’Union européenne est déterminée à partager ses réalisations et ses valeurs avec les pays et les peuples au-delà de ses frontières.

DSCN6979